Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
les ruchers de l'enclos Vincent et Alice Arnoult

les ruchers de l'enclos Vincent et Alice Arnoult

blog de mon exploitation apicole. Dans l'aube en champagne venez découvrir ces produits ancestraux conçuent par les abeilles: miel, pollen, cire, propolis. Et venez voir notre façon de travailler.

 

Nous démarrons au printemps, vers le mois de mars. Les colonies redémarrent, les abeilles vont chercher les 1ers pollens (noisetiers, saules marceau, épines…). Il faut prévoir le 1er traitement contre le varroa (parasite de l’abeille) sauf s'il a déjà été fait, hors période de couvain en décembre/janvier (ce que nous faisons avec de l'acide oxalique qui est aussi appelé sel d'oseille).

 

Début avril, un nourrissement spéculatif peut-être effectué de façon à stimuler la ponte de la reine. Dès la floraison des colzas et des fruitiers, les hausses peuvent être posées sur les colonies qui sont prêtes à les accueillir.

 

Ce n’est qu’au début du mois de mai, juste avant les floraisons de l’acacia que la 1ère récolte sera effectuée. Le miel de printemps est un miel clair, parfumé, qui cristallise très rapidement. Il faudra donc être attentif et l’extraire rapidement. Nous le transformons ensuite en crémeux grâce à un mélangeur. Lors de cette récolte, nous remplaçons les hausses de miel de printemps par des hausses sèches de miel ce qui évitera d’avoir des miels mélangés.

 

Commence alors la transhumance des ruches vers les zones d’acacia, la population explose, il faut faire attention à l’essaimage. La floraison d’acacia est fragile, c’est la période des saints de glace : la moindre gelée ou pluie peut effacer tout espoir de récolte. A la fin de cette floraison, une accalmie d’une quinzaine de jours nous permet de récolter ce miel. Les ronces et les tilleuls n’arrivent  qu’après. Ce sont des miellés très intenses. Ce n’est que fin juin  début juillet que la 3ème récolte aura lieu en fonction des secteurs (miel de forêt, ronce, châtaignier, tilleul ou miel de fleurs dans les zones de plaine et de prairie..). Cette récolte est souvent compliquée car il y a souvent une période de disette dûe aux fenaisons qui sont de plus en plus rapide grâce aux matériels agricoles.

 

Un nouveau déplacement s’impose pour aller chercher les tournesols et les luzernes qui fleurissent sur les grandes plaines champenoises alors que pour les ruches fixes une petite récolte sur les fleurs sauvages et le miellat reste encore possible.

 

Fin juillet, nouvelle récolte sur les miels de luzerne. La population d’abeilles a déjà bien diminué. Les abeilles commencent à préparer leur stock pour l’hiver.

Début septembre, un traitement varroa est impératif pour réduire la pression parasitaire avant la ponte des futures abeilles d’hiver ( nous utilisons le Thymol qui est une molécule présente naturellement dans le thym). Puis, nous effectuons un nourrissement pour les ruches n’ayant pas suffisamment de stock pour passer l’hiver, nous regroupons des essaims trop faibles entre eux et nous ramenons les ruches sur les ruchers d’hivernage.

 

En hiver, l’activité des abeilles est réduite : elles hivernent.

Même par froid extrême (-15° / -20° C) la température de la grappe reste supérieure à 15°C.

Notre travail consiste à éviter le maximum de dérangement dû aux tempêtes et aux aléas climatiques. Pour les colonies en grande détresse, un nourrissement est possible avec du candi.